Categories

Accueil > Blog > Géographie Facebook de Dakar

30 décembre 2012
Eric Bernard

Géographie Facebook de Dakar

"Si j’aime un lieu, j’aime sa page Facebook". Tel pourrait être le nouveau rapport au territoire. Placer 55 pages Facebook de lieux sur la carte de Dakar (voir ci-dessous, cliquer sur un élément pour connaître son nom et l’adresse de sa page Facebook), permet d’aborder la ville autrement.


Afficher Facebook : géographie de Dakar sur une carte plus grande

JPEG - 8 ko

Les couleurs des épingles correspondent au nombre de personnes qui aiment cette page au 27 décembre 2012.

On constate tout d’abord que ce ne sont pas les lieux touristiques qui ont le plus d’abonnés, même si l’île de Gorée fait partie du top 5 avec 1209 personnes qui l’aime. Ce sont avant tout les quartiers populaires : Rufisque (4003 personnes), Guediawaye (3184), Medina (1399), Yeumbeul (1146), Ouakam (1046). Cela reflète-t-il un usage de Facebook correspondant à ces quartiers ? Il faut l’envisager car il y a peu de raison d’aimer Guediawaye si on n’y habite pas ou si on n’y est pas né car c’est bien la relation affective (et effective) au lieu qui est témoignée ici et non une appréciation abstraite (comme pourrait l’être une page de jolies photos touristiques par exemple).
Le Monument de la Renaissance Africaine pour sa part n’est aimé que par 49 personnes. Etrange ?

La représentation cartographique des éléments de Facebook peut servir au tourisme mais aussi à l’urbanisme. Elle peut se faire sur les pages lieux, comme ici, mais également sur les pages évènements, permettant d’ajouter une composante spatiale à la chronologie, de même qu’elle peut se faire à l’échelle locale comme à l’échelle nationale ou internationale.

Si ces représentations ne représentent certes que la population Facebook d’un territoire donné, elles offrent surtout l’opportunité de mieux comprendre les utilisateurs des médias sociaux dans leur rapport au virtuel comme au référent réel.

Naviguer

12 outils de géolocalisation pour Twitter Les personnalités politiques africaines sur Twitter

Partager